Le mariage est il fini


J’ai récemment regardé Planet Earth II avec ma famille et les images d’animaux variés n’attendaient pas si patiemment que leurs compagnons reviennent au point de rendez-vous afin de faire aimer le doux oiseau conjugal ou de régurgiter un petit smoothie au poisson en pleurant bébé. assez pour envoyer un frisson dans le dos. Ce père pingouin est nettement incapable de mesurer les roches projetées par les vagues et de retrouver sa femme parmi un auditoire mille fois puissant d’autres femmes pingouins criant collectivement dans la lune, je me suis découvert en train de penser. Ses cris ont la moindre trace de mépris grandissant ou est-ce que je l’imagine récemment? Plus tard, alors que la maman d’un oiseau marin prenait tout son temps pour se présenter à leur lieu de rendez-vous convenu, je me demandais nerveusement si elle s’égarait avec un oiseau marin plus fringant et laissait son compagnon dévoué dans la poussière. (D’accord, il a eu une pratique affreuse consistant à hocher la tête et à picorer de la manière légèrement peu confiante et moins attrayante.) Vous pouvez voir les énormes idées fausses en jeu: «Vous savez que j’ai pratiquement réussi à pulvériser contre les pierres la plongée sous-marine pour ces fruits de mer ? Une fois qu’il serait enfin arrivé », sembla dire le pingouin harcelé de ses yeux noirs. Mon jeune enfant proclame fréquemment qu’elle ne se mariera jamais, peu importe. Et pourquoi voudrait-elle? Bien que je préfère croire que son père et moi-même donnons un brillant exemple de communication affectueuse et radicalement ouverte, la réalité est qu’elle a eu un laissez-passer pour la totalité de notre vie à notre propre version d’un mariage de manchots: la diplomatie monotone de pourparlers matrimoniaux, les querelles à importance réduite, les suspensions courantes d’incrédulité, les délicats affaiblissements, la codépendance à tout moment améliorée. Après dix ans passés dans ce ballet sans grâce, il n’est pas surprenant que mon enfant veuille grandir, c’est en fait une petite maison, une voiture sous-compacte et un petit berger australien. Et à vrai dire, il y a des jours où la perspective d’une expansion dépassée aux côtés d’un Australien plus petit ne semble pas si terrible si on la compare à l’arrière-plan peu à peu d’horreurs inhérentes au vieillissement, en phase avec un autre être humain. Mon épouse très charmante et très belle, qui est professeur titulaire et qui semble avoir 10 ans de plus que son âge, offre également un tempérament simple, aucune perception de degré, ainsi qu’une paralysie qui lui permet de serrer la main droite à chaque fois. passe, disons, une crème céramique chargée à ras bord d’azote fluide. Même si moi et lui avons peut-être participé à de nombreuses conversations franches et éclairantes sur les imperfections, nous avons peut-être ri plusieurs fois de sa paralysie et de la capacité étonnante de l’azote liquide à provoquer une perte de poids lorsqu’il est exposé à la vie tissus, cela ne crée pas le déversement qui en résulte et la douleur est beaucoup moins réelle. Devenir accroc, c’est avoir les mots. C’est certainement ce que vous faites de mal, éternellement prêt autour de l’idée de la bouche. La vie conjugale peut sembler être un examen éthique de la sorte: votre obstacle est généralement de garder votre sang-froid, car les déficits choquants de l’humain remarquablement inefficace de votre côté sont de plus en plus ciblés. Pour une raison quelconque, vous devez définir votre sens de l’humour (ce que les études recommandent est essentiel à un mariage en bonne santé), atténuer votre mépris (un prévisionniste important en matière d’insatisfaction de la relation), et augmenter vos indemnités de résidence (généralement le prévisionniste le plus exact du monde). méthodes une relation très longue peut durer, comme indiqué par certaines recherches).

Dans un monde évolutif, motivé par l’acheteur et à gratification instantanée, dans lequel acheter des téléphones portables sophistiqués, des amis plus aboutis et du matériel cellulaire de sperme de haute qualité est comparable à un autre, ne peut-on pas émettre la valeur d’un engagement légitime, imprimé à la cartouche d’encre, sur papier, qui concerne des conséquences désastreusement punitives en matière de dissolution? Quel type de mutant de conception ancienne pourrait avoir soif d’un tel piège primitif, en particulier lorsqu’il est associé à une cérémonie extrêmement coûteuse qui implique fréquemment des allusions à l’obéissance et à des luttes et à des décès communs tout au long de la vie? Et pourquoi avons-nous arbitrairement épousé une personne au lieu de, disons, plusieurs personnes ou 15? Cela ne crée-t-il pas une pression démesurée sur un partenaire? Actuellement, les avantages économiques du mariage sont limités, il est maintenant plus facile de parcourir et d’atteindre les amis d’une planète qu’auparavant dans son passé historique, et de nombreux inconvénients liés au simple mariage, associés à une corvée, à la monotonie et à la frustration indignes . Ajoutez à cela le fait que 40 à 50% de toutes les relations dans les États aboutissent à un divorce dans tous les cas. En pensant à tout cela, quel pourrait être le but de cette charade obsolète?



En plein ciel


Récemment, je suis allé à Rennes, je me suis offert une initiation au pilotage d’avion. A bord d’un Piper PA 28, un appareil idéal pour un premier vol. Et j’ai tellement savouré cette sortie que j’ai bien l’intention de recommencer un jour. e m’imaginais que la partie pilotage soit compliqué, mais en fin de compte, ça se fait sans problème. En fait, j’ai appris ce jour-là qu’on peut piloter un avion avant même d’avoir un permis voiture ! Pourquoi ? D’abord, c’est bien plus facile que la voiture : après tout, il n’y a même pas le problème des vitesses. Puis, il faut bien comprendre que là-haut, il y a quand même bien moins de trafic ! Voilà pourquoi il est possible d’obtenir son sa licence tout en étant mineur. Suite à ce vol, je me demande pourquoi j’ai tellement attendu pour m’y essayer, alors qu’il y a un aéroclub à dix minutes de chez moi. Pourquoi j’ai sauté le pas en étant chez des amis ? D’autant que ça se passe quasi toujours ainsi. Ca doit être une règle dans l’univers, j’imagine. C’est quand on est loin de chez soi qu’on fait le plus de choses. Ce qui est plutôt aberrant, quand on y réfléchit. Je ne sais pas pour quelle raison. Peut-être est-ce le fait de sortir du cadre familier, et qu’on réveille d’une certaine façon notre désir d’aventure. Mais je trouve que c’est dommage. Je crois que je vais essayer de changer cette tendance en essayant de faire des activités nouvelles autour de chez moi. En espérant que je m’y tiendrai ! Je vous mets en lien le site où j’ai déniché mon stage de pilotage d’avion, si vous voulez en savoir plus. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste reconnu de ce pilotage avion.



Politique alternative au Pakistan


Il ne rêvait que d’un petit vélo pour sa fille. Il est brièvement devenu richissime, mais n’en a jamais rien su. Au Pakistan, d’éphémères milliardaires en roupies font les gros titres, victimes de fraudes, et embarrassent le gouvernement. A 43 ans, Mohammad Rasheed, un chauffeur de tuk-tuk vivant dans un bidonville de Korangi, en bordure de Karachi, la plus grande ville du pays, n’a jamais connu l’opulence. Il assure avoir économisé un an durant pour acheter une bicyclette d’occasion à Nabeeha, 6 ans. Le vélo rose aux pneus usés a finalement été acquis pour 300 roupies (2 euros). Quand l’Agence d’enquête pakistanaise (FIA) l’a appelé il y a quelques semaines au sujet de transactions de 3 milliards de roupies (19,5 millions d’euros) qu’il aurait effectuées en 2004, Mohammad Rasheed est tombé des nues. AFP. Illettré, il dit n’avoir d’abord pas compris les sommes en jeu. Puis il a voulu prendre la fuite. «Le pays est bien comme il est, ainsi qu’il a été transmis par les générations passées», estime Dick Salzsieder, directeur général du Shangri-La, un ensemble de trois hôtels sur la mer, à une heure de Mascate. En filant vers la montagne du Hajar à 2.000 mètres d’altitude, on observe le désert, qui recouvre un tiers de la péninsule, sauvage et intact. A trois heures de voiture de la capitale, on croit assister à la naissance du monde. Les vallées sont cultivées comme des vergers. Dans les sommets où ruminent les chèvres gourmandes, compagnes des Bédouins, les hôteliers omanais ont réussi à édifier des points de halte confortables. A 1.200 ou 2.000 mètres d’altitude, ils accueillent les visiteurs qui assistent aux courses de dromadaires traditionnelles, ponctuées par des chants et des danses à al-Kamil Wal Wafi et à Barka, dans le nord. De ce point de vue, les Omanais ont le génie de l’accueil et ils ont su civiliser les immensités du désert et les chaînes de montagnes sans les métamorphoser en caravansérails pour hordes de curieux.



Donald Trump prend des mesures d’urgence pour batir son mur


Le directeur général, Donald Trump, invoquera toujours des pouvoirs exceptionnels et urgents à l’échelle nationale pour protéger le financement de son projet de surface de mur frontière avec le Mexique, a déclaré le White Home. Le transfert douteux permettrait à M. Trump d’éviter le Congrès, qui comprend notamment le refus de convenir des fonds nécessaires. Les démocrates plus âgés ont accusé le chef de l’exécutif de tout « abus flagrant d’énergie » ainsi que d’un « acte illégal ». De nombreux républicains ont exprimé le problème. Construire une surface de mur frontière était vraiment un gage de promotion essentiel de la campagne de M. Trump. Proclamer une urgence nationale permettrait à M. Trump de s’affranchir des limites légitimes imposées à l’énergie de gestion et lui permettrait d’utiliser des millions de dollars pour financer son entreprise. Le directeur général a accepté jeudi de signer un règlement des coûts qui n’intègre pas le financement du mur. La facture mensuelle a mis fin à 2 mois d’impasse, ce qui a entraîné la fermeture de 35 jours, la plus longue de l’histoire des États-Unis. La facture mensuelle doit être autorisée vendredi pour éviter une nouvelle fermeture. Citant des autorités anonymes de la propriété de couleur blanche, des organes de presse américains ont expliqué comment le président signerait les situations de crise et agirait simultanément. Si les deux chambres votent pour – et que le président ne veto pas, la loi sur les urgences nationales contient une clause qui permet au Congrès de mettre fin au statut d’urgence. Avec un volume confortable à l’intérieur de votre maison, les démocrates pourraient adopter ce type de résolution au Sénat. Un certain nombre de sénateurs républicains ont exprimé leur malaise face au fait que le président invoque une urgence nationale, même si les républicains contrôlent le Sénat. Les républicains dissidents impliquent le candidat à la présidentielle de 2012 et nouveau sénateur d’Utah Mitt Romney, le sénateur de Floride Marco Rubio, ainsi que la sénatrice du Maine Lisa Murkowski, qui a déclaré que cette démarche était « d’une constitutionnalité douteuse ». Néanmoins, la résolution de l’image aurait néanmoins besoin de la signature de M. Trump pour réussir, ce qui lui permettrait de lui opposer son veto. Une supermajorité dans les foyers du Congrès est nécessaire pour renverser un veto présidentiel. Le dirigeant donne encore une fois son assurance de construire les murs, de protéger la frontière et de protéger notre nation merveilleuse « , a déclaré dans un communiqué son secrétaire à la propriété, Sarah Sanders, déclarait Sarah Sanders. y compris une urgence imprévue à l’échelle nationale – pour veiller à ce que nous mettions un terme à la situation de sécurité et humanitaire du gouvernement fédéral à la frontière « . Nancy Pelosi, haut-parleur de la Chambre, et Chuck Schumer, un innovateur démocrate au Sénat, ont publié un document conjoint très rédigé condamnant cette décision. « Déclarer une crise à l’échelle nationale constituerait un travail anarchique, un abus flagrant de la puissance de la présidence et une tentative nécessiteuse de détourner l’attention du point que le directeur Trump a brisé sa principale assurance d’obtenir du Mexique une somme d’argent pour la structure de son mur », lire le document . « Il n’arrivait pas à convaincre le Mexique, les citoyens américains ou leurs représentants élus d’acheter son mur improductif et coûteux. Il cherche maintenant un tour final du Congrès dans le cadre d’une tentative désespérée de placer les contribuables dans le piège à cause de cela. » Mme Pelosi a fait l’expérience actuelle de proposer que les démocrates positionnent une lutte juridique.



Les incertitudes du Brexit


Le sentiment pro-Brexit a de forts parallèles avec le climat politique aux États-Unis, où le président Trump a critiqué l’Union européenne, évité les accords commerciaux multilatéraux et déclaré un ordre du jour « Amérique d’abord ». En fait, Trump était un grand partisan du Brexit et s’appelait lui-même « M. Brexit » lors de sa campagne présidentielle, prédisant à juste titre qu’il créerait un désastre similaire lors des élections de novembre. Comme aux États-Unis, l’immigration et le ressentiment des ruraux ont également joué un rôle dans le vote sur le Brexit. « Les régions rurales du Royaume-Uni ont certainement le sentiment que Londres et les élites qui dirigent le pays font partie d’un complot mondialiste », a déclaré Christoph Meyer, professeur de politique européenne et internationale au King’s College de Londres. « C’est quelque chose que l’on constate également dans d’autres pays, le sentiment que les identités nationales et locales sont considérées comme menacées par les marchés et par l’immigration. » Les Britanniques sont connus pour leur euphémisme, mais les observateurs politiques parlent ici du Brexit en superlatifs. Ils disent que cela pourrait transformer le pays – pour le meilleur ou pour le pire. Bien que l’économie britannique ait bien résisté jusqu’à présent, le peuple britannique est déjà plus pauvre, la valeur de la livre sterling demeurant inférieure de 16% à son sommet atteint en juin dernier. « Le Brexit est une combinaison étrange de regarder la crise financière mondiale de 2008 et de savoir que cela va arriver … mélangé à une sorte de crise de Suez », a déclaré Robin Niblett, directeur de Chatham House, le groupe de réflexion de Londres . La crise de Suez de 1956 a éclaté lorsque la Grande-Bretagne et la France ont envahi l’Égypte pour reprendre le canal de Suez, mais les États-Unis, beaucoup plus puissants, les ont forcés à se retirer. Cela a été perçu comme une étape majeure dans le déclin continu de l’Empire britannique. « A ce moment-là, nous avons découvert soudainement que nous ne pouvions pas garder l’empire – que les États-Unis s’approchaient et devenaient le grand enfant du quartier », a déclaré Niblett. « Cela nécessitait une réelle redéfinition de soi – pas seulement du gouvernement britannique, mais Les Britanniques. » Ce n’est pas sans rappeler où se trouve le Royaume-Uni aujourd’hui. Après le Brexit, la Grande-Bretagne devra se définir indépendamment et en dehors de l’Union européenne, où elle dispose d’un pouvoir de négociation beaucoup plus important dans le cadre du plus grand marché collectif du monde. Niblett a déclaré que la Grande-Bretagne pourrait choisir de se percevoir à travers le prisme de sa mythologie nationale – en tant que nation insulaire audacieuse au large des côtes de l’Europe avec des ambitions mondiales, dépassant ses limites. « S’il parvient à conclure un bon accord avec l’UE, alors la Grande-Bretagne peut, d’une certaine manière, prendre son gâteau et le manger », a déclaré Niblett. C’est un gros si. Suivez le lien pour toute information sur ce séminaire incentive à Londres.



Les GAFA et les TUNA


Qu’est ce qui fait la force de GAFA ? Grâce aux biens ou services offerts par ces quatre poids lourds qui composent le sigle GAFA, il suffit d’un clic pour tout mettre à la portée du consommateur : communiquer avec le monde entier, écouter de la musique, se cultiver, visionner des films, obtenir des produits de consommation, se distraire avec de nouveaux jeux, etc. Ces géants de l’internet aident aussi les vendeurs de biens et de services à se démarquer de leurs concurrents. Offrir au consommateur les produits et services à un bon prix et au bon moment justifie la puissance financière de ces entreprises. En 2014, les chiffres d’affaires de Google, Apple, Facebook, Amazon équivaudraient au PIB du Danemark qui figure au 35e rang des puissances économiques mondiales. Selon certaines sources, le taux de croissance de ces superpuissances du net excèderait celui de la Chine, et leurs réserves financières dépasseraient largement la centaine de milliards de dollars. Mais de nouveaux venus sur le marché du numérique commencent aussi à faire parler d’eux. Les offres séduisantes des nouvelles stars du numérique Tesla, Uber, Netflix et Airbnb sont les jeunes loups qui se cachent derrière l’acronyme TUNA. Ces nouvelles vedettes, qui ont commencé à faire parler d’elles en été 2015, ont eu l’intelligence de creuser de nouveaux filons et de répondre à des besoins qui n’attendaient qu’à être satisfaits. Netflix n’a pas une seule salle de cinéma, mais a plus de 60 millions d’abonnés qui louent des films, des séries et des documentaires. Airbnb, sans avoir un seul bâtiment, a sérieusement perturbé le monde de l’hôtellerie avec ses logements variés. Tesla, qui fabrique des voitures électriques, projette d’étendre son réseau en Europe et de lancer la vente en ligne de ses voitures sans passer par des intermédiaires. Uber est maintenant un des réseaux de transport le plus grand dans le monde, avec sa société de véhicules de transport ou de tourisme avec chauffeur. Ce nouveau quatuor, par ses offres de services très compétitives, représenterait même une sérieuse menace pour certains secteurs de l’économie. GAFA tient encore une position dominante en termes de chiffres d’affaires réalisés. Mais l’ascension fulgurante des TUNA, ainsi que la porte qu’ils ont ouverte dans les services offerts par le numérique révèlent que la concurrence dans le domaine est à prendre au sérieux.



New York renforce son système médical


C’est un objectif ambitieux pour les fiducies d’ambulances, mais il est important d’améliorer les soins fournis aux patients, car des délais de réponse plus rapides peuvent sauver des vies. Les opérateurs ont déclaré être confrontés à une crise car de nombreux services d’ambulance cessent leurs activités et que ceux qui restent sont incapables de prendre la relève dans les communautés voisines. Un conseil consultatif sur les interventions d’urgence a décidé d’envoyer une délégation au Comité de la sécurité publique et du pouvoir judiciaire de la Chambre lors de la session législative de l’année prochaine. Ces objectifs sont plus difficiles, mais nous ne nous en excusons pas. Toucher rapidement les patients en cas d’urgence sauve des vies, c’est pourquoi il est normal que nous continuions à mettre au défi le service de répondre aux appels le plus rapidement possible. Les services ambulanciers des États-Unis sont un élément essentiel de tout système régional de services médicaux d’urgence. Le système de transport aérien constitue le lien essentiel entre les établissements de soins de santé locaux et les centres de référence régionaux. En raison de la vitesse des aéronefs à voilure fixe et à voilure tournante, de l’équipement spécial à bord de l’aéronef et des compétences particulières de l’équipe médicale, les transports en ambulance aérienne concernent généralement les patients les plus gravement malades ou blessés du système de soins de santé. Selon le protocole d’accord entre le comté et les huit services d’incendie qui facturaient également individuellement, le comté enregistre le montant des fonds qu’il collecte pour le compte des entreprises bénévoles. Les entreprises demandent ensuite à utiliser l’argent pour des articles spécifiques liés au transport d’urgence, tels que la formation et les véhicules. Comme pour tout élément du système de service médical d’urgence, chaque service d’ambulance aérienne doit avoir une seule partie ou un seul organisme responsable de la surveillance de tous les aspects des soins médicaux fournis par le service. C’est la responsabilité du directeur médical de chaque service médical aérien. Davantage d’information est disponible sur le site de l’agence organisatrice de l’incentive à New York. Cliquez sur le lien.



Les risques liés au télétravail


Une enquête très intéressante est sortie récemment sur le télétravail. Bien qu’ils soient en très grande majorité satisfaits de cette pratique, les télétravailleurs identifient plusieurs inconvénients au télétravail. Au premier plan, le risque d’isolement social et de perte de l’esprit d’équipe (65 %), suivi d’une difficulté accrue de séparer les temps relevant de la vie privée et ceux relevant de la vie professionnelle (59 %), et des temps de travail quotidiens plus élevés (55 %). Ils appréhendent également à 45 % un retard dans leurs possibilités d’évolution professionnelle. Face au risque d’isolement, les télétravailleurs estiment que le temps de télétravail doit rester minoritaire ; selon eux, la durée idéale de télétravail se situe autour de 2 jours par semaine en moyenne. Pour les dirigeants, le risque majeur est également celui de l’isolement social et de la perte de l’esprit d’équipe de leurs salariés (47 %). Ils déclarent aussi avoir des difficultés à manager leurs collaborateurs à distance (pour 38 % d’entre eux et jusqu’à 50 % pour les entreprises de 250 salariés et plus). Les télétravailleurs les moins satisfaits par cette pratique sont les salariés âgés de moins de 30 ans (16 %), les ouvriers (16 %) et les salariés sans enfants (13 %). 58 % des salariés interrogés déclarent ne pas savoir que les ordonnances du 22 septembre 2017 ont assoupli les règles de mise en œuvre du télétravail. Les personnes déjà concernées par le sujet (télétravailleurs contractuels, salariés du secteur des Services, cadres et salariés aidants) sont davantage au fait de ces dispositifs légaux. 81 % des personnes interrogées considèrent néanmoins que ces ordonnances sont une bonne chose. 40 % des salariés s’attendent à ce que le télétravail se développe dans leur entreprise, une vision partagée par 16 % des dirigeants.



La Chine dévoile un drone furtif


La Chine vient d’obtenir un succès dans sa tentative d’érosion de la supériorité aérienne américaine. Fin décembre, la compagnie chinoise Chengdu Aircraft Corp. a dévoilé sa dernière itération du drone Tian Yi. Selon IHS Jane’s 360, le Tian Yi est un véhicule de haute altitude et de longue endurance qui pourrait avoir des capacités furtives. CAC avait sorti deux modèles de Tian Yi, en 2006 et en 2008. Critique, le dernier modèle a un certain nombre de refontes, en incluant une prise d’air plus large, un fuselage redessiné, et deux moteurs de turboréacteur. Le but de cette refonte, selon Jane, est susceptible de «supprimer la signature infrarouge de l’UAV [véhicule aérien sans pilote], qui se démarquerait dans les hautes altitudes de croisière. » Ce nouveau développement de drone fait partie des efforts de la Chine pour correspondre aux capacités militaires américaines . Les pirates chinois avaient déjà mené une campagne de deux ans contre au moins 20 entrepreneurs de la défense étrangers dans le but de voler la technologie qui sous-tendait le programme de drones américains. Selon la politique étrangère, le Tian Yi pourrait fonctionner comme un plus petit rival de l’Américain Global Hawk, le drone de surveillance phare des États-Unis. Les drones ne sont pas le seul domaine dans lequel la Chine a tenté de combler l’écart technologique avec les États-Unis. CAC met au point le J-20, un chasseur de cinquième génération qui pourrait théoriquement surpasser le F-35 dans certaines régions. Bien sûr, une grande partie du développement du J-2o a été rendu possible par le piratage chinois et d’autres formes d’espionnage. Un entrepreneur chinois a été arrêté en juillet après avoir volé des gigaoctets de données relatives au F-35 et au F-22, ainsi qu’à d’autres projets d’aviation militaire américains. On pense que le vaste vol précédent de données F-35 est le moteur d’un certain nombre de reconceptions du J-20 et la cause des améliorations de l’avion à chaque étape du prototype. Davantage d’infos sur ce baptême en avion de chasse en suivant le lien.



La gestion des actifs immatériels doit savoir anticiper les facteurs susceptibles de peser sur leur valeur


Au-delà des réflexions sur la méthode la plus appropriée pour révéler la valeur des droits immatériels accordés par l’État, ce dernier doit se montrer capable d’anticiper les facteurs susceptibles d’influencer à terme l’évolution de cette valeur. La question des droits à polluer de la France dans le cadre du protocole de Kyoto constitue en la matière le meilleur exemple. La France a reçu un portefeuille de droits de 565 millions de tonne équivalent de dioxyde de carbone par an pour la période 2008 à 2012. Si les tendances d’émission actuelles se confirmaient, la France pourrait largement dépasser l’enveloppe qui lui a été allouée, ce qui exposerait l’État à un coût budgétaire de plusieurs milliards d’euros en 2012. Or, tout porte à croire que le prix actuel des droits à polluer est encore modéré (10 euros la tonne en moyenne). Il pourrait sembler à cet égard économiquement pertinent d’acheter des droits d’émission à un prix bas pour anticiper le dépassement de 2012. Concrètement, la France accumulerait donc des actifs immatériels supplémentaires. Dans cette hypothèse, un fonds de gestion des droits d’émission devrait être créé, qui pourrait par exemple être géré par l’Agence France Trésor. Un tel raisonnement suppose cependant que le protocole de Kyoto demeure en vigueur après 2012, ce qui n’est pas aujourd’hui acquis. Son éventuelle remise en cause, notamment par les États qui jugeraient le dispositif excessivement contraignant et coûteux, serait susceptible de réduire la valeur des droits d’émission échangés sur les marchés, voire d’annuler purement et simplement la valeur du fonds créé par l’État.